Bienvenue sur Lectures de Voyage
Melbourne: La Gifle (The Slap) par Christos Tsiolkas
Idées Bouquins, etc…
Idées Bouquins, etc… : Washington, DC et New York
Idées Bouquins, etc…: Rome
Rio de Janeiro: Un été brésilien (Agosto) par Rubem Fonseca
Istanbul: Le Musée de l’Innocence par Ohran Pamuk
Liège: Pedigree par Georges Simenon
Idées Bouquins, etc…: Lisbonne
Idées Bouquins, etc… : Cambodge
Hyde Park, Chicago: Ravelstein par Saul Bellow
Paris: Fleurs de Ruine et Remise de Peine par Patrick Modiano
Idées Bouquins, etc… : Naples
Idées Bouquins, etc… : Tanzanie
Sri Lanka: Un air de famille (Running in the Family) par Michael Ondaatje
Idées Bouquins, etc… : Venise
Idées bouquins, etc… : Iran
Santa Cruz, Bolivie: Materia del Deseo (The Matter of Desire) par Edmundo Paz Soldán
Idées Bouquins, etc… : Syrie
Djibouti: Passage des Larmes par Abdourahman Waberi
Idées Bouquins, etc… : Arménie
Ouagadougou, Burkina Faso: Le Parachutage par Norbert Zongo
Bangkok: Café Lovely (Sightseeing) par Rattawut Lapcharoensap
Périgord: “The Caves of Périgord” par Martin Walker
Idées bouquins, etc… : Bruxelles
Naples: Les Romans Napolitains/L’Amie Prodigieuse par Elena Ferrante
Idées bouquins, etc… : Rio de Janeiro
Tadjikistan: Hurramabad par Andrei Volos
New-York: City on Fire par Garth Risk Hallberg
Israël/Palestine: Une Femme Fuyant l’Annonce par David Grossman et Chronique du Figuier Barbare par Sahar Khalifa
Barcelone: L’ombre du vent par Carlos Ruiz Zafón
Idées bouquins, etc… : Bavière et le sud de l’Allemagne
Le Cap: Scènes de la vie d’un jeune garçon, Vers l’âge d’homme et L’été de la vie par J.M. Coetzee.
Idées bouquins, etc…: Inde
Blue Ridge Mountains : Retour à Cold Mountain par Charles Frazier
Idées bouquins, etc… : Algérie
Alpes autrichiennes: Une vie entière (Ein ganzes Leben) par Robert Seethaler
Idées bouquins, etc… : Africains en Amérique
Zimbabwe: The Last Resort par Douglas Rogers.
Idées Bouquins, etc… : Colombie
Ardennes belges : Les amants de la Toussaint par Juan Gabriel Vásquez
Côte d’Ivoire : Aya de Yopougon par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Japon : Haruki Murakami et Amélie Nothomb
Metropolitan Museum of Art, New York : Le Chardonneret par Donna Tartt et La Corde et Le Reniement de Saint Pierre par Charles Baudelaire.
Idées Bouquins, etc… : Le Caire
Vancouver : Ce dont on se souvient (What is Remembered) par Alice Munro
Gand : Guerre et térébenthine par Stefan Hertmans
Haïti: L’odeur du café et Le goût des jeunes filles par Dany Laferrière  et Les Comédiens par Graham Greene
Islande: La cité des jarres par Arnaldur Indriðason
Sienne et la Toscane : Place de Sienne, côté ombre de Fruttero & Lucentini et Le patient anglais de Michael Ondaatje
Chine : Les Cygnes Sauvages (Wild Swans) par Jung Chang
Amsterdam : Miniaturiste par Jessie Burton

Djibouti: Passage des Larmes par Abdourahman Waberi

Vingt ans après. Ou presque. Et à première vue, peu de choses avaient changé. Le soleil, la poussière et les odeurs oppressent le promeneur qui ose s’aventurer en début d’après-midi autour de la mosquée blanche et bleue de la Place Rimbaud. Les vendeuses aux boubous colorés sont assises près de leurs étals de fruits et de khat. Un taxi vert et blanc parcourt – on se demande par quel miracle-  le Boulevard de la République tout vide. Tiens, le cinéma en plein-air de l’Odéon, lui, a fermé. Les jeunes filles descendent des minibus bondés avec une retenue pleine d’élégance. Les arcades du centre-ville autour de la Place Ménélik sont assoupies avant la frénésie de la nuit. La voie de chemin de fer le long de la plage de la Siesta, maintenant désaffectée, est toujours le terrain de jeu des enfants de la rue.

arcade

 

 

 

Même la case dans laquelle j’avais habité deux ans à l’ombre de la cathédrale n’avait pas bougé d’un iota. Elle avait gardé ses portes et volets turquoise et ses tâches d’humidité qui attaquaient par en bas le mur blanc. Il me semble que j’aurai pu prendre la même photo en arrivant il y a vingt ans.

IMG_0649

IMG_0659

« Passage des Larmes », le très beau roman du Djiboutien Abdourahman Waberi, dont je lus les premières pages assis en face de mon ancien bureau m’offrait un parallèle saisissant. Djibril, qui est né et a grandi à Djibouti a fait sa vie au Canada et aux Etats-Unis. Sa femme est canadienne. Après une longue absence, il revient au pays de son enfance pour une mission de renseignement. Les investissements se sont multipliés autour du port. Les marines du monde entier ont réalisé le potentiel stratégique de ce petit pays qui garde le Bab-el-Mandeb, « La Porte des Larmes », le détroit qui contrôle le sud de la Mer Rouge, en face du Yémen. Outre les pirates somaliens, c’est la lutte contre les nébuleuses djihadistes qui a fait de cette ville-état une plaque tournante pour les militaires, les drones et les services secrets. De ce point de vue-là, Djibouti a beaucoup changé.

9782709631075-G

De retour à Djibouti, Djibril quitte peu à peu les ornières de sa mission et retrouve les échos et les blessures de son enfance. Les histoires contées par son grand-père Assod. Son amitié avec David, un juif yéménite. Et surtout la rivalité fondatrice avec son frère jumeau Djamal qu’il ne reverra pas, mais qui est peut-être celui qui l’observe et le fait suivre depuis sa prison de haute-sécurité au fond du Goubet al-Kharab où il est enfermé comme membre des groupes islamistes. Un prisonnier qui en même temps découvre le parcours du philosophe allemand Walter Benjamin, son exil, sa fuite vers l’Espagne depuis la France occupée en 1940 et finalement son suicide dans l’impasse de Port-Bou.

709344-2

Ile du Diable – Goubet al Kharab

Comme Djibril revenait sur les lieux de son enfance, je retournais brièvement sur un des lieux bénis de ma jeunesse. Hier comme aujourd’hui, peu m’importaient la chaleur et la saleté. La plupart des gens que j’avais côtoyés n’était plus là. Certains étaient morts, d’autres avaient quitté le pays. Mais je retrouvais les mêmes tournures de phrases, les mêmes sourires, un peu défiants, un peu enjôleurs. Des bribes de somali me revenaient sur le bout de la langue. J’avais l’impression d’être un étranger qui trouve très vite ses repères.

Je me souvenais des promesses entrevues. Je mesurais le chemin parcouru, les choix posés et les passages franchis. Difficile de se retourner en arrière sans verser quelques larmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*