Bienvenue sur Lectures de Voyage
Melbourne: La Gifle (The Slap) par Christos Tsiolkas
Idées Bouquins, etc…
Idées Bouquins, etc… : Washington, DC et New York
Idées Bouquins, etc…: Rome
Rio de Janeiro: Un été brésilien (Agosto) par Rubem Fonseca
Istanbul: Le Musée de l’Innocence par Ohran Pamuk
Liège: Pedigree par Georges Simenon
Idées Bouquins, etc…: Lisbonne
Idées Bouquins, etc… : Cambodge
Hyde Park, Chicago: Ravelstein par Saul Bellow
Paris: Fleurs de Ruine et Remise de Peine par Patrick Modiano
Idées Bouquins, etc… : Naples
Idées Bouquins, etc… : Tanzanie
Sri Lanka: Un air de famille (Running in the Family) par Michael Ondaatje
Idées Bouquins, etc… : Venise
Idées bouquins, etc… : Iran
Santa Cruz, Bolivie: Materia del Deseo (The Matter of Desire) par Edmundo Paz Soldán
Idées Bouquins, etc… : Syrie
Djibouti: Passage des Larmes par Abdourahman Waberi
Idées Bouquins, etc… : Arménie
Ouagadougou, Burkina Faso: Le Parachutage par Norbert Zongo
Bangkok: Café Lovely (Sightseeing) par Rattawut Lapcharoensap
Périgord: “The Caves of Périgord” par Martin Walker
Idées bouquins, etc… : Bruxelles
Naples: Les Romans Napolitains/L’Amie Prodigieuse par Elena Ferrante
Idées bouquins, etc… : Rio de Janeiro
Tadjikistan: Hurramabad par Andrei Volos
New-York: City on Fire par Garth Risk Hallberg
Israël/Palestine: Une Femme Fuyant l’Annonce par David Grossman et Chronique du Figuier Barbare par Sahar Khalifa
Barcelone: L’ombre du vent par Carlos Ruiz Zafón
Idées bouquins, etc… : Bavière et le sud de l’Allemagne
Le Cap: Scènes de la vie d’un jeune garçon, Vers l’âge d’homme et L’été de la vie par J.M. Coetzee.
Idées bouquins, etc…: Inde
Blue Ridge Mountains : Retour à Cold Mountain par Charles Frazier
Idées bouquins, etc… : Algérie
Alpes autrichiennes: Une vie entière (Ein ganzes Leben) par Robert Seethaler
Idées bouquins, etc… : Africains en Amérique
Zimbabwe: The Last Resort par Douglas Rogers.
Idées Bouquins, etc… : Colombie
Ardennes belges : Les amants de la Toussaint par Juan Gabriel Vásquez
Côte d’Ivoire : Aya de Yopougon par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Japon : Haruki Murakami et Amélie Nothomb
Metropolitan Museum of Art, New York : Le Chardonneret par Donna Tartt et La Corde et Le Reniement de Saint Pierre par Charles Baudelaire.
Idées Bouquins, etc… : Le Caire
Vancouver : Ce dont on se souvient (What is Remembered) par Alice Munro
Gand : Guerre et térébenthine par Stefan Hertmans

Tadjikistan: Hurramabad par Andrei Volos

Mes réunions professionnelles à Douchanbé, la capitale du Tadjikistan sont longues. Comme mes collègues et moi ne parlons ni russe, ni tadjik, nous sommes toujours accompagnés d’une interprète qui traduit du russe en anglais et vice-versa. Ça me donne un peu de temps pour scruter au mur la galerie de portraits des Ministres de la Santé qui se sont succédé depuis le début de la période soviétique : quelques énergiques matrones dans les premières années du communisme, des portraits rigides croulant sous les médailles après la seconde guerre mondiale. Curieusement, l’indépendance du pays en 1991, n’est pas marquée.

20160408_040410169_iOS

Cette continuité avec la période russe et soviétique se ressent aussi dans les références culturelles. Lorsque je faisais remarquer que, dans certains centres de santé ruraux, le personnel médical semblait parfois assoupi et manquer de motivation, mon interlocutrice me conseilla de lire la nouvelle d’Anton Tchékhov « Ionytch » qui raconte l’histoire d’un médecin arrivé plein d’idéal dans un district de province, mais qui au fil des désillusions amoureuses et professionnelles, s’encroûte et devient un misanthrope cynique.

20160405_031331571_iOS

De premier abord, la ville de Douchanbé apparaît aussi comme un mélange harmonieux des influences russes et tadjikes. Au pied de montagnes enneigées, on passe en quelques pas des larges avenues bordées de bâtiments officiels qui ont l’élégance et les couleurs pastels de certains palais pétersbourgeois à un marché matinal chamarré et bruyant, remplis des couleurs, des odeurs et des saveurs d’Asie Centrale. En persan, Douchanbé veut dire « lundi », rappelant que l’origine de la ville était un marché qui se tenait le premier jour de la semaine.

20160405_025231126_iOS

Dans la campagne, le village se met en rang d’oignon et en costume traditionnel tadjik pour accueillir la délégation officielle. Les enfants dansent au rythme des tambourins, les jeunes filles offrent aux visiteurs le pain et le miel de l’hospitalité. Mais après la visite et le plov du déjeuner, c’est à la vodka que se portent les toasts. Lors de randonnées dans la chaîne des Fan, les superbes montagnes qui enserrent les eaux turquoises de l’Iskandar Kul (le lac d’Alexandre), on croise autant de bergers et paysans tadjiks que de groupes de marcheurs russes.

20140831_073556990_iOS

Le recueil de nouvelles d’Andrei Volos « Hurramabad », traduit du russe en anglais mais malheureusement pas en français, s’inscrit aussi dans cette confluence des héritages russes et tadjiks. Mais la cohabitation n’est pas, ou plutôt n’est plus, harmonieuse. Andrei Volos est un écrivain russophone né à Douchanbé, ville qui à sa naissance s’appelait Stalinabad. Après ses études à Moscou, il revient au Tadjikistan où il traduit de la poésie tadjike. Ses nouvelles, très finement écrites dans la tradition de Tchékov, racontent le déchirement et la nostalgie de la communauté russe au Tadjikistan après l’indépendance et la guerre civile qui suivit dans les années 90.

hurammabadrussian

andreivolos51B9+dLkhjL__SX306_BO1,204,203,200_

La première nouvelle de Volos, « The Ascent », décrit la montée d’un petit-fils et de sa grand-mère vers la tombe du grand-père. L’ascension est rude et à chaque pause, la grand-mère se souvient de son arrivée de Russie dans les années 30 pour retrouver son mari fraîchement posté avec l’armée soviétique sur la frontière avec l’Afghanistan le long du fleuve Amour-Daria. Dans « A Local Man », un jeune scientifique russe est envoyé en mission dans un institut de recherche situé au Tadjikistan. Contrairement à ses collègues russes qui ne rêvent que d’un retour à Moscou, il s’éprend du pays, apprend la langue, épouse une Tadjike et demande à rester en poste. Mais moqué par ses collègues tadjiks, sa demande de mutation est rejetée. Peu importe, il reste à Hurramabad, où il finira, parfaitement heureux sur le marché, par émincer des légumes et enfourner des chaussons salés.

« The House by the River » raconte l’histoire de Yamninov, un russe qui vient de terminer de construire de ses blanches mains la maison de ses rêves au bord de la rivière. Mais la maison attire les convoitises, et en pleine guerre civile, un des nouveaux maîtres du pays, un arrogant seigneur de la guerre, l’emmène chez le notaire et le force à vendre sa propriété à très vil prix. Yamninov utilise l’argent pour acheter un fusil-mitrailleur et attendre l’usurpateur de pied ferme, quitte à périr en défendant sa maison…

20140831_104339596_iOS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*