Bienvenue sur Lectures de Voyage
Melbourne: La Gifle (The Slap) par Christos Tsiolkas
Idées Bouquins, etc…
Idées Bouquins, etc… : Washington, DC et New York
Idées Bouquins, etc…: Rome
Rio de Janeiro: Un été brésilien (Agosto) par Rubem Fonseca
Istanbul: Le Musée de l’Innocence par Ohran Pamuk
Liège: Pedigree par Georges Simenon
Idées Bouquins, etc…: Lisbonne
Idées Bouquins, etc… : Cambodge
Hyde Park, Chicago: Ravelstein par Saul Bellow
Paris: Fleurs de Ruine et Remise de Peine par Patrick Modiano
Idées Bouquins, etc… : Naples
Idées Bouquins, etc… : Tanzanie
Sri Lanka: Un air de famille (Running in the Family) par Michael Ondaatje
Idées Bouquins, etc… : Venise
Idées bouquins, etc… : Iran
Santa Cruz, Bolivie: Materia del Deseo (The Matter of Desire) par Edmundo Paz Soldán
Idées Bouquins, etc… : Syrie
Djibouti: Passage des Larmes par Abdourahman Waberi
Idées Bouquins, etc… : Arménie
Ouagadougou, Burkina Faso: Le Parachutage par Norbert Zongo
Bangkok: Café Lovely (Sightseeing) par Rattawut Lapcharoensap
Périgord: “The Caves of Périgord” par Martin Walker
Idées bouquins, etc… : Bruxelles
Naples: Les Romans Napolitains/L’Amie Prodigieuse par Elena Ferrante
Idées bouquins, etc… : Rio de Janeiro
Tadjikistan: Hurramabad par Andrei Volos
New-York: City on Fire par Garth Risk Hallberg
Israël/Palestine: Une Femme Fuyant l’Annonce par David Grossman et Chronique du Figuier Barbare par Sahar Khalifa
Barcelone: L’ombre du vent par Carlos Ruiz Zafón
Idées bouquins, etc… : Bavière et le sud de l’Allemagne
Le Cap: Scènes de la vie d’un jeune garçon, Vers l’âge d’homme et L’été de la vie par J.M. Coetzee.
Idées bouquins, etc…: Inde
Blue Ridge Mountains : Retour à Cold Mountain par Charles Frazier
Idées bouquins, etc… : Algérie
Alpes autrichiennes: Une vie entière (Ein ganzes Leben) par Robert Seethaler
Idées bouquins, etc… : Africains en Amérique
Zimbabwe: The Last Resort par Douglas Rogers.
Idées Bouquins, etc… : Colombie
Ardennes belges : Les amants de la Toussaint par Juan Gabriel Vásquez
Côte d’Ivoire : Aya de Yopougon par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Japon : Haruki Murakami et Amélie Nothomb
Metropolitan Museum of Art, New York : Le Chardonneret par Donna Tartt et La Corde et Le Reniement de Saint Pierre par Charles Baudelaire.
Idées Bouquins, etc… : Le Caire
Vancouver : Ce dont on se souvient (What is Remembered) par Alice Munro
Gand : Guerre et térébenthine par Stefan Hertmans
Haïti: L’odeur du café et Le goût des jeunes filles par Dany Laferrière  et Les Comédiens par Graham Greene

Zimbabwe: The Last Resort par Douglas Rogers.

Les fermiers blancs du Zimbabwe, l’ancienne Rhodésie du Sud, ne sont pas a priori la minorité ethnique dont le sort inspire le plus la compassion. Ancienne classe politique dominante sous le régime de Ian Smith qui refusa la décolonisation de 1964 à 1979, on s’imagine volontiers qu’ils ont encore de beaux restes.

Ce fut sûrement mon impression lors de ma première visite en 1997. Avant de partir vers les chutes Victoria et une descente de trois jours du Zambèze en kayak, nous avions séjourné quelques jours chez le propriétaire d’une grosse plantation de tabac non loin de Harare. Un accueil exquis et charmant, un domaine géré de main de maître, avec sa piste d’atterrissage et sa réserve animalière privées : les efforts de cet homme d’affaire qui était parti de zéro dans les années 50 semblaient continuer à porter leurs fruits durant les premières années de l’ère Mugabe.

Les parents de Douglas Rogers devaient, toutes proportions gardées, connaître une expérience similaire. Vers la même époque, son père Lyn avait quitté sa pratique d’avocat à Mutare pour ouvrir avec sa femme Rosalind, « Drifters », un lodge pour backpackers dans les collines du Manicaland à l’est du pays, près de la frontière mozambicaine. Le lodge était encensé par le « Lonely Planet » et accueillait des soirées pizzas très populaires parmi les fermiers locaux les week-ends.

C’est l’histoire de ce lodge qui est au cœur du livre « The Last Resort » écrit par Douglas Rogers, comme le récit de l’histoire de ses parents, de leur lodge, mais aussi comme la redécouverte par l’auteur de son pays et de ses racines. En 2000, pour des raisons essentiellement politiques, Mugabe met en œuvre une politique d’expropriation des fermiers blancs. Les bénéficiaires doivent en théorie être les vétérans de la guerre d’indépendance. En pratique, ce sont surtout les gros bonnets du régime.

 

Les fermiers doivent quitter du jour au lendemain et sans contrepartie leurs propriétés. Certaines expulsions se font dans la violence. Plusieurs des voisins de Lyn et Rosalynd viennent trouver refuge dans les chalets de « Drifters » que les touristes ont désertés. Bientôt se joindront à eux des membres du MDC, le parti de l’opposition politique à Mugabe, qui s’y cachent pour échapper aux persécutions. Douglas Rogers vient rendre visite à ses parents alors qu’ils s’attendent à une éviction imminente et qu’ils se débrouillent comme ils peuvent pour maintenir l’affaire à flots. Il découvre que ses parents font pousser de la marijuana, que le gérant qui s’est imposé pour exploiter le restaurant l’a transformé en discothèque, et même en maison de passe pour les nantis. La découverte de mines de diamants dans la région exacerbe encore les tensions, dans une ambiance de plus en plus surréaliste, alors que le pays s’enfonce dans une spirale inflatoire durant laquelle les billets de 100 trillions de dollars zimbabwéens ne valent plus le papier sur lequel ils sont imprimés.

Le livre est plein de situations cocasses, mais est aussi très attachant. Loin d’une litanie de complaintes, il dresse le portrait bienveillant et plein d’humour d’un pays et d’une population – noire et blanche – à l’histoire complexe et difficile mais aux ressources surprenantes face à l’adversité.

The Last Resort: A work-in-progress from Isa Jacobson on Vimeo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*