Bienvenue sur Lectures de Voyage
Melbourne: La Gifle (The Slap) par Christos Tsiolkas
Idées Bouquins, etc…
Idées Bouquins, etc… : Washington, DC et New York
Idées Bouquins, etc…: Rome
Rio de Janeiro: Un été brésilien (Agosto) par Rubem Fonseca
Istanbul: Le Musée de l’Innocence par Ohran Pamuk
Liège: Pedigree par Georges Simenon
Idées Bouquins, etc…: Lisbonne
Idées Bouquins, etc… : Cambodge
Hyde Park, Chicago: Ravelstein par Saul Bellow
Paris: Fleurs de Ruine et Remise de Peine par Patrick Modiano
Idées Bouquins, etc… : Naples
Idées Bouquins, etc… : Tanzanie
Sri Lanka: Un air de famille (Running in the Family) par Michael Ondaatje
Idées Bouquins, etc… : Venise
Idées bouquins, etc… : Iran
Santa Cruz, Bolivie: Materia del Deseo (The Matter of Desire) par Edmundo Paz Soldán
Idées Bouquins, etc… : Syrie
Djibouti: Passage des Larmes par Abdourahman Waberi
Idées Bouquins, etc… : Arménie
Ouagadougou, Burkina Faso: Le Parachutage par Norbert Zongo
Bangkok: Café Lovely (Sightseeing) par Rattawut Lapcharoensap
Périgord: “The Caves of Périgord” par Martin Walker
Idées bouquins, etc… : Bruxelles
Naples: Les Romans Napolitains/L’Amie Prodigieuse par Elena Ferrante
Idées bouquins, etc… : Rio de Janeiro
Tadjikistan: Hurramabad par Andrei Volos
New-York: City on Fire par Garth Risk Hallberg
Israël/Palestine: Une Femme Fuyant l’Annonce par David Grossman et Chronique du Figuier Barbare par Sahar Khalifa
Barcelone: L’ombre du vent par Carlos Ruiz Zafón
Idées bouquins, etc… : Bavière et le sud de l’Allemagne
Le Cap: Scènes de la vie d’un jeune garçon, Vers l’âge d’homme et L’été de la vie par J.M. Coetzee.
Idées bouquins, etc…: Inde
Blue Ridge Mountains : Retour à Cold Mountain par Charles Frazier
Idées bouquins, etc… : Algérie
Alpes autrichiennes: Une vie entière (Ein ganzes Leben) par Robert Seethaler
Idées bouquins, etc… : Africains en Amérique
Zimbabwe: The Last Resort par Douglas Rogers.
Idées Bouquins, etc… : Colombie
Ardennes belges : Les amants de la Toussaint par Juan Gabriel Vásquez
Côte d’Ivoire : Aya de Yopougon par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Japon : Haruki Murakami et Amélie Nothomb
Metropolitan Museum of Art, New York : Le Chardonneret par Donna Tartt et La Corde et Le Reniement de Saint Pierre par Charles Baudelaire.
Idées Bouquins, etc… : Le Caire
Vancouver : Ce dont on se souvient (What is Remembered) par Alice Munro
Gand : Guerre et térébenthine par Stefan Hertmans
Haïti: L’odeur du café et Le goût des jeunes filles par Dany Laferrière  et Les Comédiens par Graham Greene
Islande: La cité des jarres par Arnaldur Indriðason
Sienne et la Toscane : Place de Sienne, côté ombre de Fruttero & Lucentini et Le patient anglais de Michael Ondaatje
Chine : Les Cygnes Sauvages (Wild Swans) par Jung Chang
Amsterdam : Miniaturiste par Jessie Burton

Istanbul: Le Musée de l’Innocence par Ohran Pamuk

Palais de Dolmabahce

Palais de Dolmabahce

C’est par hasard que je suis tombé sur le Musée de l’Innocence. Pas le livre. Le Musée. Après avoir visité le Palais de Dolmabahce, j’avais marché le long du Bosphore et décidé de monter, un peu en aveugle, les petites rues qui grimpent vers Beyoglu. Je me suis perdu, mais j’ai vu les panneaux indicateurs neufs qui dirigeaient, en turc et en anglais, vers ce « Museum of Innocence », une ancienne maison en bois fraîchement rénovée, qui n’était pas repris dans mon guide touristique un peu dépassé. Je suis arrivé cinq minutes avant la fermeture, trop tard pour entrer. J’ai continué mon chemin vers le haut du quartier, attiré par les tambours d’une fête de mariage qui débordait dans la rue.

Musée de l’Innocence

Musée de l’Innocence

Je ne faisais qu’une escale de 24 heures à Istanbul. Dans l’avion, un article de « Newsweek » interviewait Orhan Pamuk sur l’ouverture de son nouveau musée, homonyme du roman. De retour à la maison, j’achetais le livre.

Orhan Pamuk in the Museum of Innocence

le-musee-de-l-innocence

Kemal a 30 ans, il est le fils d’une famille bourgeoise et moderne, et doit épouser Sibel. Tous sont d’accord : ils formeront un couple parfait. Il va acheter un sac à main pour sa fiancée dans une boutique appelée « Şanzelize » en hommage à grande la artère parisienne. Il reconnaît la vendeuse. C’est Füsun, une cousine lointaine, d’une branche de la famille moins fortunée que la sienne. Elle a 18 ans et il tombe amoureux fou d’elle.

Cet amour va lui donner les heures les plus belles de sa vie, mais va aussi ruiner son mariage avec Sibel.  Il va le poursuivre malgré tout, même si le mariage de Füsun y met un obstacle insurmontable. Nostalgique des premiers moments de leur rencontre, désespéré d’avoir épousé Sibel plutôt que d’avoir laissé parler son cœur, Kemal va commencer à accumuler, de manière compulsive, tous les objets qui lui rappellent Füsun.

Quand enfin ils sont libres de s’aimer, ils partent en voyage à Paris. Mais elle meurt au volant de la voiture. Kemal trouvera sa consolation dans les objets témoins de leur amour et de cette époque. C’est cette collection, décrite dans son roman, qu’Ohran Pamuk a patiemment incarnée et installée dans son musée.

The-Innocence-foundationAprès avoir lu le livre, j’ai profité d’un nouveau voyage à Istanbul pour visiter le musée. Chaque vitrine correspond à un ou une série de chapitres, permettant de revivre le roman pas-à-pas. Quelques visiteurs en tournent les pages devant certains objets. Le musée est aussi un témoignage très original de la vie à Istanbul dans les années 70.  Une ville qui, d’une manière presque maladroite (la boutique Şanzelize), se voulait moderne et européenne, mais qui était encore ancrée dans la vie traditionnelle de ses quartiers.

Fishermen-Galata-Kpr-Istanbul-Turkey-2

 

2 Replies to “Istanbul: Le Musée de l’Innocence par Ohran Pamuk”

  1. cher Damien, merci pour ce magnifique partage! En quelques lignes, tu me donnes envie de tout découvrir : l’histoire, la ville, le musée,… En lisant ton texte, je t’ai vu te balader, j’y pouvais même lire les expressions qui illuminaient ton visage! C’est vraiment remarquable! Bon vent et longue vie à ce nouveau projet!
    Je t’embrasse chaleureusement !
    Pris

    • Bonjour Priscilla,
      Merci beaucoup pour ton message et tes encouragements. Je suis heureux que le blog te plaise. J’espère que tout va bien pour toi. A bientôt, j’espère.
      Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*