Bienvenue sur Lectures de Voyage
Melbourne: La Gifle (The Slap) par Christos Tsiolkas
Idées Bouquins, etc…
Idées Bouquins, etc… : Washington, DC et New York
Idées Bouquins, etc…: Rome
Rio de Janeiro: Un été brésilien (Agosto) par Rubem Fonseca
Istanbul: Le Musée de l’Innocence par Ohran Pamuk
Liège: Pedigree par Georges Simenon
Idées Bouquins, etc…: Lisbonne
Idées Bouquins, etc… : Cambodge
Hyde Park, Chicago: Ravelstein par Saul Bellow
Paris: Fleurs de Ruine et Remise de Peine par Patrick Modiano
Idées Bouquins, etc… : Naples
Idées Bouquins, etc… : Tanzanie
Sri Lanka: Un air de famille (Running in the Family) par Michael Ondaatje
Idées Bouquins, etc… : Venise
Idées bouquins, etc… : Iran
Santa Cruz, Bolivie: Materia del Deseo (The Matter of Desire) par Edmundo Paz Soldán
Idées Bouquins, etc… : Syrie
Djibouti: Passage des Larmes par Abdourahman Waberi
Idées Bouquins, etc… : Arménie
Ouagadougou, Burkina Faso: Le Parachutage par Norbert Zongo
Bangkok: Café Lovely (Sightseeing) par Rattawut Lapcharoensap
Périgord: “The Caves of Périgord” par Martin Walker
Idées bouquins, etc… : Bruxelles
Naples: Les Romans Napolitains/L’Amie Prodigieuse par Elena Ferrante
Idées bouquins, etc… : Rio de Janeiro
Tadjikistan: Hurramabad par Andrei Volos
New-York: City on Fire par Garth Risk Hallberg
Israël/Palestine: Une Femme Fuyant l’Annonce par David Grossman et Chronique du Figuier Barbare par Sahar Khalifa
Barcelone: L’ombre du vent par Carlos Ruiz Zafón
Idées bouquins, etc… : Bavière et le sud de l’Allemagne
Le Cap: Scènes de la vie d’un jeune garçon, Vers l’âge d’homme et L’été de la vie par J.M. Coetzee.
Idées bouquins, etc…: Inde
Blue Ridge Mountains : Retour à Cold Mountain par Charles Frazier
Idées bouquins, etc… : Algérie
Alpes autrichiennes: Une vie entière (Ein ganzes Leben) par Robert Seethaler
Idées bouquins, etc… : Africains en Amérique
Zimbabwe: The Last Resort par Douglas Rogers.
Idées Bouquins, etc… : Colombie
Ardennes belges : Les amants de la Toussaint par Juan Gabriel Vásquez
Côte d’Ivoire : Aya de Yopougon par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Japon : Haruki Murakami et Amélie Nothomb
Metropolitan Museum of Art, New York : Le Chardonneret par Donna Tartt et La Corde et Le Reniement de Saint Pierre par Charles Baudelaire.
Idées Bouquins, etc… : Le Caire
Vancouver : Ce dont on se souvient (What is Remembered) par Alice Munro
Gand : Guerre et térébenthine par Stefan Hertmans
Haïti: L’odeur du café et Le goût des jeunes filles par Dany Laferrière  et Les Comédiens par Graham Greene

Bangkok: Café Lovely (Sightseeing) par Rattawut Lapcharoensap

One night in Bangkok makes a hard man humble” chantait Murray Head au milieu des années 80. Dans la capitale thaïlandaise, je préfère les petits matins. Je profite du décalage horaire pour me lever avant le soleil, monter dans un des premiers « sky trains » du BTS et filer explorer un des quartiers de la ville. Quel plaisir de visiter les temples de Wat Pho à l’ouverture, presque vides, et de croiser en sortant les attroupements de touristes derrière leurs guides hissant un drapeau coloré qui déferlent à travers les portiques d’entrée. Un autre matin, alors que je débarquais d’un express boat, la Chao Phraya débordait et pénétrait par petits clapotis entre les sacs de sable censés protéger de l’inondation. Le quartier se réveillait et vaquait à ses premières occupations marchant parfois les pieds dans l’eau, parfois empruntant des planches de bois humides.

Bangok12

Lors de ma dernière visite, je suis parti déambuler dans le marché de Khlong Toey. C’est là que se vend le gros de la nourriture qui va alimenter la ville et ses restaurants. La lumière toute fraîche du soleil levant révèle les couleurs des étals de fruits, légumes et épices. Les bouchers découpent en morceaux les carcasses de bœuf ou de porc. Les poulets et les canards, vivants dans leurs cages, sont sortis et abattus devant le client. Les bassines d’eau accueillent les poissons, tortues et grenouilles qui frétillent juste avant d’être éviscérés par des mains expertes. Le vendeur de sauces pimentées mélange ses préparations. Les porteurs avec leurs diables et leurs vareuses de couleurs numérotées se mettent au service des restaurateurs qui font leurs achats matinaux. Des bonzes dans leurs robes orange font leur tournée en récitant une ritournelle de prières et quelques vendeuses leur font une obole en nature, s’inclinant respectueusement. Çà et là, un badaud d’arrête pour acheter quelques fleurs.

Bangkok10

C’est la vie de Bangkok, loin des shopping malls rutilants et des attractions touristiques. Chaque étal pourrait peut-être raconter une histoire semblable à celles qui font la richesse du recueil de nouvelles « Café Lovely » (« Sightseeing » dans sa version originale anglaise) de Rattawut Lapcharoensap. J’ai beaucoup aimé ce livre qui part d’épisodes de la vie quotidienne, décrits avec humour et tendresse, pour dresser un tableau attirant mais sans complaisance ou clichés de la Thaïlande.

cafelovelyfrench

 

lapcharoensap

Rattawut Lapcharoensap

Ainsi la nouvelle « la Loterie » raconte le processus de sélection pour le service militaire dans un quartier. Une loterie est organisée pour déterminer ceux qui devront prendre l’uniforme pendant deux ans. En théorie, le narrateur est parmi les appelés potentiels, mais pour lui les dés sont pipés : ses parents, bien introduits, se sont arrangés avec les officiels pour faire en sorte que son nom ne sorte pas. Il assiste au tirage et doit affronter le regard de ses amis qui n’ont pas de passe-droits.

Bangkok6

« Priscilla La Cambodgienne » est une histoire qui se passe à la limite entre un sordide camp de réfugiés du Cambodge et un quartier un rien plus aisé habité par des Thaïlandais. Comme partout ailleurs, les réfugiés font peur et s’attirent la haine de leurs voisins : on leur lance des pierres, leurs abris précaires sont renversés. Les jeunes adolescents thaïs s’amusent à terroriser les gamins cambodgiens. Mais une petite fille, Priscilla, n’a pas froid aux yeux et attire le regard d’un des jeunes thaïs.

Bangkok3

« Combat de coqs » est le récit le plus long du recueil. Un père de famille élève des coqs de combat. Ses récents succès lui sont montés à la tête et il se donne corps et âme à sa passion, ignorant sa femme et sa fille, dormant même dans le poulailler. Il relève un défi dans lequel il pourrait gagner très gros – ou tout perdre-  contre le fils du chef mafieux local, qui par ailleurs fait des avances peu appréciées à sa fille Ladda.

Bangkok2

Lapcharoensap est un écrivain thaïlandais qui est né et a en partie grandi à Chicago. Il est dès lors très bien placé pour percevoir les deux angles de vue, celui des Thaïs et celui des étrangers qui visitent le pays. Par exemple, dans « Je ne veux pas mourir ici », un vieillard américain devenu incapable de se suffire à lui-même a dû quitter les environs de Baltimore pour vivre avec son fils et sa belle-fille thaïlandaise et est confronté à des habitudes et une cuisine qu’il ne connaît pas et à des petits-enfants qui parlent une langue dont il ne comprend rien. Ou dans « Les Farangs », il épingle cette carte postale envoyée par une touriste américaine qui a eu une aventure amoureuse avec le fils d’hôteliers. La carte lui dit qu’elle se réjouirait de l’accueillir aux Etats-Unis, mais omet consciencieusement d’indiquer une adresse de contact.

Bangkok1

Bangkok14

 

2 Replies to “Bangkok: Café Lovely (Sightseeing) par Rattawut Lapcharoensap”

  1. Pour moi ce sera le joli poisson rose en bas à gauche, celui qui a l’oeil vif et le sourire engageant.
    Merci pour ce marché coloré où tout semble frais et alléchant. Merci aussi pour la présentation des nouvelles de Café Lovely.
    Bonne journée et à bientôt pour une nouvelle destination,
    Claire

    • Merci Claire. Le poisson est pour vous. J’ai d’autres photos: grenouilles vivantes et puis éviscérées, tortues sortant la tête de leur bassine et tête de porc fraîchement coupée. Mais c’est un peu moins alléchant.
      Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*