Bienvenue sur Lectures de Voyage
Melbourne: La Gifle (The Slap) par Christos Tsiolkas
Idées Bouquins, etc…
Idées Bouquins, etc… : Washington, DC et New York
Idées Bouquins, etc…: Rome
Rio de Janeiro: Un été brésilien (Agosto) par Rubem Fonseca
Istanbul: Le Musée de l’Innocence par Ohran Pamuk
Liège: Pedigree par Georges Simenon
Idées Bouquins, etc…: Lisbonne
Idées Bouquins, etc… : Cambodge
Hyde Park, Chicago: Ravelstein par Saul Bellow
Paris: Fleurs de Ruine et Remise de Peine par Patrick Modiano
Idées Bouquins, etc… : Naples
Idées Bouquins, etc… : Tanzanie
Sri Lanka: Un air de famille (Running in the Family) par Michael Ondaatje
Idées Bouquins, etc… : Venise
Idées bouquins, etc… : Iran
Santa Cruz, Bolivie: Materia del Deseo (The Matter of Desire) par Edmundo Paz Soldán
Idées Bouquins, etc… : Syrie
Djibouti: Passage des Larmes par Abdourahman Waberi
Idées Bouquins, etc… : Arménie
Ouagadougou, Burkina Faso: Le Parachutage par Norbert Zongo
Bangkok: Café Lovely (Sightseeing) par Rattawut Lapcharoensap
Périgord: “The Caves of Périgord” par Martin Walker
Idées bouquins, etc… : Bruxelles
Naples: Les Romans Napolitains/L’Amie Prodigieuse par Elena Ferrante
Idées bouquins, etc… : Rio de Janeiro
Tadjikistan: Hurramabad par Andrei Volos
New-York: City on Fire par Garth Risk Hallberg
Israël/Palestine: Une Femme Fuyant l’Annonce par David Grossman et Chronique du Figuier Barbare par Sahar Khalifa
Barcelone: L’ombre du vent par Carlos Ruiz Zafón
Idées bouquins, etc… : Bavière et le sud de l’Allemagne
Le Cap: Scènes de la vie d’un jeune garçon, Vers l’âge d’homme et L’été de la vie par J.M. Coetzee.
Idées bouquins, etc…: Inde
Blue Ridge Mountains : Retour à Cold Mountain par Charles Frazier
Idées bouquins, etc… : Algérie
Alpes autrichiennes: Une vie entière (Ein ganzes Leben) par Robert Seethaler
Idées bouquins, etc… : Africains en Amérique
Zimbabwe: The Last Resort par Douglas Rogers.
Idées Bouquins, etc… : Colombie
Ardennes belges : Les amants de la Toussaint par Juan Gabriel Vásquez
Côte d’Ivoire : Aya de Yopougon par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Japon : Haruki Murakami et Amélie Nothomb
Metropolitan Museum of Art, New York : Le Chardonneret par Donna Tartt et La Corde et Le Reniement de Saint Pierre par Charles Baudelaire.
Idées Bouquins, etc… : Le Caire
Vancouver : Ce dont on se souvient (What is Remembered) par Alice Munro
Gand : Guerre et térébenthine par Stefan Hertmans
Haïti: L’odeur du café et Le goût des jeunes filles par Dany Laferrière  et Les Comédiens par Graham Greene
Islande: La cité des jarres par Arnaldur Indriðason
Sienne et la Toscane : Place de Sienne, côté ombre de Fruttero & Lucentini et Le patient anglais de Michael Ondaatje
Chine : Les Cygnes Sauvages (Wild Swans) par Jung Chang
Amsterdam : Miniaturiste par Jessie Burton
Cimetière du Père Lachaise, Paris
Ex-Union Soviétique : “La guerre n’a pas un visage de femme » par Svetlana Alexievitch
Provence : Le hussard sur le toit de Jean Giono, La charrette bleue de René Barjavel, Madame de Sévigné et Ventoux de Bert Wagendorp

Côte d’Ivoire : Aya de Yopougon par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie

L’autoroute qui relie Abidjan à Yamoussoukro est bien entretenue et rapide. En un peu plus de deux heures, on arrive à la colline où se profile l’hôtel Président et de laquelle on découvre le dôme impressionnant de la Basilique Notre-Dame de la Paix, un des plus grands édifices religieux de la Chrétienté, une construction voulue par Félix Houphouët-Boigny, le premier président de la Côte d’Ivoire, de l’Indépendance en 1960 à sa mort en 1993. Inaugurée par le pape Jean-Paul II en 1990, elle ressemble, par son dôme, son parvis avec péristyle et son baldaquin, à Saint-Pierre de Rome. On dit qu’Houphouët-Boigny la voulait plus grande que son modèle romain, mais que lors des négociations avec le Vatican, un accord fut trouvé pour que la superficie reste inférieure, mais que la coupole soit plus élevée.

Je suis donc monté – par un ascenseur logé dans une des colonnes – sous le dôme le plus haut du monde chrétien -158m- et suis sorti sur le balcon pour admirer la perspective et la ville en contre-bas de l’édifice. Au pied de ce dôme, je balançais entre deux sentiments. Choquant qu’une telle dépense somptuaire ait été faite dans un pays encore très marqué par la pauvreté, et dans une petite ville qui n’a été élevée au rang de capitale administrative que parce qu’elle est le lieu de naissance du Père de l’Indépendance ? Sûrement, même si la version officielle veut que la dépense ait été entièrement couverte par la « cassette personnelle » du premier Président et qu’il ait ensuite fait don du domaine, y compris un nouvel hôpital, à une fondation gérée par le Vatican. Mais si on adopte une perspective historique, force est de constater que nombreuses sont les cathédrales et églises d’Europe, admirées aujourd’hui comme des chefs-d’œuvre de l’art gothique et des témoignages de la spiritualité médiévale, qui, à leur époque, ont pu être bâties suite à une lubie du prince et alors que la population avoisinante vivait dans une abjecte pauvreté.

Je fus tout de même attristé d’apprendre que ce gigantesque édifice ne fut rempli par les pèlerins que trois fois depuis son inauguration. En cela, la Basilique reflète bien le reste de la ville de Yamoussoukro. Petite bourgade locale, elle est devenue en quelques années une capitale née des rêves de grandeur d’Houphouët : de larges avenues, sans beaucoup de trafic ou même d’habitations en bordure, relient la Basilique, la Maison des Députés, la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la Paix, l’hôtel Président et Palais Présidentiel. Le lac aux crocodiles devant le Palais Présidentiel est l’autre attraction de la ville. Il a été immortalisé dans « Les Crocodiles de Yamoussoukro » un long récit de l’écrivain britannique V.S. Naipaul, initialement publié par The New Yorker et repris dans le recueil « Sacrifices ». Le Prix Nobel de littérature né à Trinidad et Tobago a aussi fait le voyage d’Abidjan à Yamoussoukro, mais en 1984, avant la construction de la Basilique. C’est l’époque où la réussite économique ivoirienne des années 60 et 70 s’effrite et Naipaul ne manque pas de stigmatiser la folie des grandeurs d’Houphouët. Il décrit aussi le rituel du repas des gigantesques crocodiles qui peuplent le lac et qui ont été affublés de surnoms tels que « chef de cabinet » ou « commandant ». Pendant 30 ans, un gardien armé d’un seul bâton, leur jetait des poulets vivants pour le plus grand plaisir des spectateurs massés derrière les grilles. En 2012, le vieux gardien a trébuché et un crocodile l’a happé par son boubou et emporté dans l’eau.

Les crocodiles de Yamoussoukro ont joué un rôle totémique dans la représentation du pouvoir d’Houphouët-Boigny. Ce rôle est aussi souligné par l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma dans son roman « En attendant le vote des bêtes sauvages », un roman étonnant qui retrace avec ironie et à travers six veillées où l’on chante sa geste et ses exploits, le parcours du président-dictateur d’un pays imaginaire d’Afrique de l’Ouest. Houphouët-Boigny avec sa capitale surgie de nulle part, sa grandiose basilique et son expérience matoise y est représenté par l’homme au totem caïman, président de la République des Ebènes.

Le trajet d’Abidjan à Yamoussoukro est aussi évoqué dans « Aya de Yopougon« , la série de bande dessinée écrite par Marguerite Abouet et illustrée par Clément Oubrerie. C’est la route qu’emprunte le père d’Aya quand il est nommé représentant des brasseries Solibra à Yamoussoukro, où il installera en cachette sa deuxième famille formée avec sa secrétaire Jeanne. Yopougon, parfois aussi appelé Yop City, est un grand quartier populaire d’Abidjan, connu pour ses maquis – des restaurants en plein-air où l’on danse en fin de soirée – et son sens de la fête. On y déguste de délicieux poissons braisés.

Aya est une jeune fille de 19 ans. Elle est très belle et attire les regards, mais elle est sérieuse et posée et rêve d’entreprendre des études de médecine. Tout le contraire de ses deux amies, Adjoua et Bintou. Adjoua se retrouve vite enceinte de Mamadou, un beau garçon, mais un bon à rien. Ses copines l’aident à s’occuper du bébé pendant qu’elle travaille à réaliser son rêve d’ouvrir un maquis. Bintou est une vraie « ambianceuse » et n’hésite pas à monter dans les chambres du fabuleux Hôtel Ivoire qui surplombe la lagune d’Abidjan pour y retrouver Grégoire, récemment revenu de France, qui y brûle la chandelle par les deux bouts. Remise et instruite de ses nombreuses déceptions amoureuses, elle ouvrira un business de « conseils en gars » appelé « Dr. Love ».

J’ai adoré cette BD qui recrée avec finesse et humour l’ambiance des quartiers d’Abidjan vers la fin des années 70. Je me suis régalé des savoureuses expressions ivoiriennes -expliquées dans un lexique en fin de volume. Les deux premiers tomes de la série ont été portés à l’écran dans un très bon dessin animé. La BD ou le film offrent l’opportunité de découvrir la vie d’un quartier africain loin des clichés habituels, tout en abordant de front mais avec subtilité des questions telles que les mariages forcés, la prolifération des églises « nouvelles » qui ne sont que des pompes-à-fric, le harassement sexuel des femmes à l’université ou la stigmatisation de l’homosexualité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*