Bienvenue sur Lectures de Voyage
Melbourne: La Gifle (The Slap) par Christos Tsiolkas
Idées Bouquins, etc…
Idées Bouquins, etc… : Washington, DC et New York
Idées Bouquins, etc…: Rome
Rio de Janeiro: Un été brésilien (Agosto) par Rubem Fonseca
Istanbul: Le Musée de l’Innocence par Ohran Pamuk
Liège: Pedigree par Georges Simenon
Idées Bouquins, etc…: Lisbonne
Idées Bouquins, etc… : Cambodge
Hyde Park, Chicago: Ravelstein par Saul Bellow
Paris: Fleurs de Ruine et Remise de Peine par Patrick Modiano
Idées Bouquins, etc… : Naples
Idées Bouquins, etc… : Tanzanie
Sri Lanka: Un air de famille (Running in the Family) par Michael Ondaatje
Idées Bouquins, etc… : Venise
Idées bouquins, etc… : Iran
Santa Cruz, Bolivie: Materia del Deseo (The Matter of Desire) par Edmundo Paz Soldán
Idées Bouquins, etc… : Syrie
Djibouti: Passage des Larmes par Abdourahman Waberi
Idées Bouquins, etc… : Arménie
Ouagadougou, Burkina Faso: Le Parachutage par Norbert Zongo
Bangkok: Café Lovely (Sightseeing) par Rattawut Lapcharoensap
Périgord: “The Caves of Périgord” par Martin Walker
Idées bouquins, etc… : Bruxelles
Naples: Les Romans Napolitains/L’Amie Prodigieuse par Elena Ferrante
Idées bouquins, etc… : Rio de Janeiro
Tadjikistan: Hurramabad par Andrei Volos
New-York: City on Fire par Garth Risk Hallberg
Israël/Palestine: Une Femme Fuyant l’Annonce par David Grossman et Chronique du Figuier Barbare par Sahar Khalifa
Barcelone: L’ombre du vent par Carlos Ruiz Zafón
Idées bouquins, etc… : Bavière et le sud de l’Allemagne
Le Cap: Scènes de la vie d’un jeune garçon, Vers l’âge d’homme et L’été de la vie par J.M. Coetzee.
Idées bouquins, etc…: Inde
Blue Ridge Mountains : Retour à Cold Mountain par Charles Frazier
Idées bouquins, etc… : Algérie
Alpes autrichiennes: Une vie entière (Ein ganzes Leben) par Robert Seethaler
Idées bouquins, etc… : Africains en Amérique
Zimbabwe: The Last Resort par Douglas Rogers.
Idées Bouquins, etc… : Colombie
Ardennes belges : Les amants de la Toussaint par Juan Gabriel Vásquez
Côte d’Ivoire : Aya de Yopougon par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Japon : Haruki Murakami et Amélie Nothomb
Metropolitan Museum of Art, New York : Le Chardonneret par Donna Tartt et La Corde et Le Reniement de Saint Pierre par Charles Baudelaire.
Idées Bouquins, etc… : Le Caire
Vancouver : Ce dont on se souvient (What is Remembered) par Alice Munro
Gand : Guerre et térébenthine par Stefan Hertmans
Haïti: L’odeur du café et Le goût des jeunes filles par Dany Laferrière  et Les Comédiens par Graham Greene
Islande: La cité des jarres par Arnaldur Indriðason
Sienne et la Toscane : Place de Sienne, côté ombre de Fruttero & Lucentini et Le patient anglais de Michael Ondaatje
Chine : Les Cygnes Sauvages (Wild Swans) par Jung Chang
Amsterdam : Miniaturiste par Jessie Burton

Vancouver : Ce dont on se souvient (What is Remembered) par Alice Munro

J’ai une attirance particulière pour les hydravions. Est-ce un souvenir de mes lectures de Tintin ? Est-ce parce que je n’en ai pas vu souvent (j’ai un souvenir d’un amerrissage sur un fjord norvégien) ? Ou bien le sentiment de liberté que donne cet avion qui, pour peu que l’environnement soit suffisamment aquatique, semble pouvoir décoller et se poser à peu près partout ?

Lors de ma visite à Vancouver, une semaine pluvieuse de novembre, les hydravions étaient omniprésents. Je découvris leur ballet en arrivant au centre de conférence alors que le soleil se levait à travers les nuages sur le port et que je me remémorais les premières lignes du poème de Marcel Thiry « Toi qui pâlis au nom de Vancouver ». Un hydravion arrivait pour se garer le long du quai en contre-bas de la terrasse du Convention Center. Un autre repartait quelques minutes plus tard. Malgré la pluie toujours menaçante, je fis plusieurs promenades lors de mon séjour, notamment vers Stanley Park et ses vues sur la mer, la ville et les montagnes. A plusieurs reprises, je levai la tête pour suivre un hydravion qui décollait ou descendait. Comme une ouverture vers les îles de la côte du Nord-Ouest de la Côte Pacifique.


Un matin, les nuages en se dégageant avaient laissé apparaître les premières neiges au sommet des montagnes. Vancouver est cette ville fascinante où l’hiver, sans qu’un flocon de neige ne tombe dans les rues du centre, il suffit de monter dans un bus municipal, de traverser le bras de mer sur Lions Gate Bridge et de grimper dans une télécabine pour atteindre en une heure les pistes de ski et la poudreuse fraîchement tombée.

Le docteur Asher est un des personnages de la nouvelle  » Ce dont on se souvient (What is Remembered) » d’Alice Munro, publiée en français dans le recueil « Un peu, beaucoup …pas du tout (Hateship, friendship, courtship, loveship, marriage) ». C’est un médecin de campagne qui se déplace en avion. On ne dit pas s’il s’agit d’un hydravion. C’est en avion qu’il est arrivé d’une des îles de la Colombie Britannique à Vancouver pour l’enterrement de Jonas, un de ses patients.

Jonas était aussi l’ami d’enfance de Pierre qui a aussi fait le déplacement avec sa femme Meriel pour funérailles. Elle voudrait profiter de son passage dans la ville pour rendre visite à Tante Muriel, une amie de sa mère, dont elle a hérité le prénom avant que celui-ci ne soit transformé. Pierre doit rapidement reprendre le ferry pour retrouver leurs enfants et libérer la baby-sitter. Le docteur s’offre pour emmener Meriel dans sa voiture de location à la maison de repos où réside Tante Muriel, qui souffre de la cataracte et qui à leur arrivée demande :

“Comment s’appelle ton mari?”

“Pierre.”

“Et tu as deux enfants, n’est-ce pas ? Jane et David?”

“C’est juste. Mais l’homme qui est avec moi –”

“Ah, non,” dit la vieille Muriel. “Ce n’est pas ton mari.”

Plus tard, seule sur le pont du ferry, alors que bat une pluie fine, Meriel se souvient du reste de la journée : le trajet vers Stanley Park, leur baiser en public à Prospect Point et elle qui lui dit « Emmenez-moi ailleurs », l’appartement près de Kitsilano Beach où il logeait et où il l’emmène…

Bien plus tard, après que le docteur soit mort dans un accident d’avion – elle avait vu sa photo dans le journal – et après la mort de son mari, elle se rappellera aussi que le docteur lui avait refusé un baiser d’adieu alors qu’il la déposait à l’embarcadère du ferry (« Non. Je ne le fais jamais »).

Ce récit est un superbe exemple de l’art de la nouvelle tel qu’il est pratiqué par Alice Munro. Lorsqu’elle fut consacrée par le Prix Nobel en 2013, l’octogénaire canadienne fut comparée à Tchekhov et célébrée comme la « reine de la nouvelle ». Les lecteurs francophones ont pu alors découvrir les recueils recelant les diamants parfaitement taillés que sont ses nouvelles. La plupart de ses histoires se déroulent dans les villes provinciales de son Ontario natal, mais dans les années 50, elle vécut avec son premier mari à Vancouver. C’était une époque de sa vie, écrit-elle dans « Ce dont on se souvient », où les maris entamaient leurs vies sérieuses et résolues (travail, prêt hypothécaire), tandis que leurs femmes pouvaient retomber dans une sorte de seconde adolescence.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*